rando glacier Myrdalsjokull

Randonnée au pied du glacier Myrdalsjokull

Fermeture des pistes.

Ce voyage avait été planifié en tenant compte des dates moyennes d’ouverture des pistes. Car nous souhaitions traverser l’Islande par la F35 (au nord de Thingevellir), mais également utiliser d’autres nombreuses pistes pour nous rendre aux excursions que nous espérions faire.

Or, l’hiver 2014/2015 a été un des plus rudes en Islande depuis près de 30 ans. Amenant une couche de neige démesurée dans ces régions nordiques. Lors de notre arrivée, la majorité des pistes étaient toujours fermées. C’était triste nous tenions beaucoup à certaines randos comme celles du Laki et de la région de Landmannlaugar. Mais la nature décide, et nous avons opté pour les randos du plan « B », accessibles depuis la route 1. A ce sujet, un site très important si vous comptez vous rendre en Islance, celui qui vous permet de suivre l’état des pistes et des routes au jour le jour. Il s’agit du site road.is (cliquez ici).

location maison hellaNous avions loué une adorable petite maison, à l’écart, dans la région de Hella. Amusant de se rendre compte que ces maisons n’ont pas de chauffage central. Toute l’eau chaude (chauffage / douches / éviers..) est basé sur la géothermie. L’eau n’a certes que 40°, mais cela suffit, et c’est gratuit. Le temps était moins beau qu’au Nord. Plutôt fort couvert avec de temps en temps une percée du soleil.

Grâce à notre génial « Guide de randonnées – Rother », que je ne puis que vous conseiller mille fois si les ballades et randos vous intéressent, j’en avais trouvée une « moyenne » de 4h30 débutant dans le petit camping « Thakgil » (Þakgil), dans un canyon au pied du glacier Myrdalsjokull, près de Vik. Avec un peu de recul, « moyenne » est peut être un peu sous-estimé. Pour des férus de la rando, je veux bien, mais pour un « occasionnel » comme moi, la montée fut plutôt difficile. D’autant plus que je me baladais avec mon matériel photo et ma caméra. Que je m’arrêtais pour trouver de belles prises de vues, pour mémoriser quelques minutes de film… puis devais me dépêcher pour rejoindre le groupe qui avait, entretemps, pris de l’avance. Oui, ce fut dur. Et cela nous a pris 5h30. Mais elle en valait plus que les peines encourues. C’était grandiose, mais si le ciel bleu n’était pas au rendez-vous.

Le départ de la rando.

Pour rejoindre le camping qui sert de point de départ à de nombreuses randonnées, parfois de plusieurs jours, nous nous dirigeons vers l’Est par la route 1. Passé la ville de Vik, continuer 4km et prendre la piste 214 sur la gauche (4×4 fortement conseillé). Il faut suivre cette piste jusqu’au bout, soit une bonne dizaine de km. Les vues sont impressionnantes.

rando glacier

Nous avons pique-niqué au camping qui comptait 3 ou 4 voitures. Le départ de la randonnée se situe quelques centaines de mètres avant le camping, sur la gauche. Il y a également moyen de s’y garer. Un conseil, habillez-vous chaudement et portez des chaussures adéquates car le guide annonce quelques langues neigeuses sur le tracé. Ils ne croyaient pas si bien dire !!!.

Le tracé selon le « Guide des randonnées – Rother ».

tracé rando glacier rother icelande

Le début de la montée, les 30 premières minutes, est très rude pour qui n’est pas un randonneur aguerri. Ensuite, les 2h30 qui suivent sont une succession de pentes douces ou fortes. Le dénivelé total fait 600m. Le guide parlait de quelques langues glacières. Sauf qu’avec cet hiver exceptionnel, nous en avons traversés plus d’une dizaine. Et tout en haut, c’était comme en pleine montagne, dans les alpes, sauf que vous n’avez pas de raquettes.

Mais même si la montée est rude, chaque pente, chaque tournant, chaque rocher vous fait découvrir des paysages gigantesques, prestigieux. Et au bout du chemin, une vue inoubliable. Comme le décrit le guide: « …vous vous trouvez alors en surplomb d’une langue glaciaire encadrée de falaises sur lesquelles dévalent les nombreuses cascades venant du Hofoabrekkajokul. Il n’est guère possible de trouver un belvédère aussi imposant sur un glacier. »

(source: guide Rother).

rando glacier islande

Sur la photo ci-dessus, le bout de la rando. Il est difficile sur une image de se rendre compte de l’énormité de l’environnement réel. raison pour laquelle  j’ai choisi cette image, avec notre ami Bernard, pour que l’on se rende un peu mieux conte de la taille de ce cirque. Entre le point où il se situe et le bloc du fond recouvert par le glacier, il y a près de 1,5km.
Pour d’autres images, ‘hésitez pas à visionner la galerie ci-dessous. Vous verrez que sur le retour, le temps s’est détérioré. Ce qui donne d’autres aspects aux paysages.

Puis ce fut le retour vers la maison, de quoi se reposer un peu. Demain, journée plus calme car la route sera longue, nous irons à Jökulsárlón.

Illustrations de l’itinéraire.

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports